Faut-il faucher ou attendre ?

Ce début de printemps 2021 est sec et ensoleillé mais reste très frais la nuit. La croissance des RGI est encore lente. Si le meilleur compromis qualité/quantité a lieu au stade de début épiaison, ce stade demande encore de la chaleur pour être atteint. Mais pour autant le créneau météo semble idéal pour sécher un fourrage encore bien en feuilles et les prochains jours semblent incertains...
Alors que faire ? Vous vous posez la question de la date de fauche ? Faut-il faucher ou attendre ? On vous présente le choix d’un éleveur laitier en Ille et Vilaine :

À Monterfil, Guillaume du GAEC Pom Holstein a choisi de faucher dès le 30 mars. Ce jeune agriculteur donne beaucoup d’importance à son ensilage d’herbe pour nourrir ses 110 laitières. Malgré des terres séchantes, il sème 85 ha d’interculture en dérobée avec un mélange de 10 kg de RGI (Carexpress) et 10kg de trèfles (Incarnat/Micheli/Squarrosum). Son but est de récolter un ray-grass au stade feuillu, c’est à ce stade que la valeur est la plus concentrée.

À partir de la montaison, les valeurs se diluent dans la biomasse, puis dès l’épiaison le ray-grass va perdre en qualité. La valeur des trèfles évolue de façon plus stable. Le but est surtout d’avoir une biomasse de trèfles au moment de la fauche. Pour ça, il opte pour un mélange de trèfles plutôt précoce avec les trèfles Squarrosum (4kg/ha) et Micheli (2kg/ha).

Guillaume fait le choix de prioriser la qualité au détriment de la quantité qu’il compense en fauchant le plus de surface possible. Il sait qu’attendre plus longtemps dans des sols secs avec l’incertitude de la météo peut lui être défavorable. Il estime pouvoir monter à 18g/kg de MAT pour des rendements autour de 2,5 T de MS. Pour maintenir cette qualité dans le temps, il utilise un conservateur à base de bactéries.

Si chaque situation est différente (sol, météo, qualité de fourrage recherché), ce printemps frais demande un suivi attentif sur la pousse des ray-grass. Mais dans tous les cas, les fauches précoces favorisent un fourrage à haute valeur énergétique et protéique. Et vous, allez-vous faucher dès maintenant ou patienter encore un peu ?


Sylvain Le Potier,
Chargé de développement 35